L'hérédité n'est pas une fatalité : zoom sur l’épigénétique

Pour définir ce terme on pourrait dire que l’épigénétique est une branche de la biologie qui s’intéresse à l’expression du patrimoine génétique en fonction de notre environnement. Cette science, assez récente (années 90), s’inscrit dans le prolongement de la génétique classique.

Pour faire simple notre ADN est composé de séquences d’acides nucléiques portant nos gènes. Nous l’héritons de nos ancêtres et le portons à vie. Ce qui varie en épigénétique c’est l’expression de ces gènes en fonction du contexte. En effet, si toutes nos cellules contiennent les mêmes gènes, tous ne s’expriment pas nécessairement. Elle est fondamentale car elle permet une lecture différente d'un même code génétique. C’est ce qui explique par exemple les différences chez des vrais jumeaux qui se différencient au cours de la vie d’autant plus qu’ils adoptent des modes de vie différents. L'épigénome, à la différence du patrimoine génétique, est donc variable et dépend de plusieurs facteurs tels que l'âge ou l'environnement.

Si cela est vrai chez l’adulte, le fœtus jusqu’à l’adolescence est encore plus concerné. Ainsi, il a été démontré que les niveaux de stress de la mère durant la grossesse pouvaient le modifier en profondeur. Il existe aujourd’hui de très nombreuses données attestant que la programmation précoce par différents facteurs ont des effets à long terme sur la santé future de la progéniture et parfois même sur les générations suivantes :

  • la nutrition et le stress nutritionnel (carences ou surnutrition),
  • les toxiques de l’environnement,
  • le mode de vie,
  • le stress et les émotions,
  • et les troubles métaboliques

Les maladies chroniques peuvent donc prendre racine de manière très précoce de même que lors des périodes périconceptionnelles, la grossesse, le post-partum ou au cours de la vie postnatale, de l’allaitement, de la petite enfance et aussi de l’adolescence.

L'épigénétique joue un rôle crucial dans de nombreux phénomènes et maladies. C’est un concept qui dément en partie la « fatalité » des gènes et nous permet de prendre conscience de l’importance d’une prévention active.

J’en profite pour soulever ici que l’hérédité peut alors être considérée de différentes manières : si l’on parle couramment d’hérédité génétique, n’oublions pas que certaines habitudes d’hygiène de vie et nos comportements se transmettent également très souvent de manière inconsciente.

Puisque les marques épigénétiques sont modifiables et sensibles aux facteurs environnementaux cela signifie que nous influençons quotidiennement l’équilibre de notre santé par notre mode de vie. Et cela nous rappel que nous sommes responsables de nos choix ! Il ne s’agit pas de se sentir coupable. Se responsabiliser et se culpabiliser sont deux notions différentes. Mais nous entrons dans un autre sujet …

Le facteur sur lequel nous ne pouvons pas agir complètement est bien sur la pollution environnementale. Notre planète est malade, et sa guérison semble de plus en plus incertaine. La pression exercée par l'humanité sur les écosystèmes est telle qu'il nous faut chaque année l'équivalent d'une Terre et demie pour satisfaire nos besoins en ressources naturelles, tandis que le déclin de la biodiversité est sans précédent. Sur des terres reculées à priori vierges de toute activité industrielle humaine, on y retrouve pourtant des traces de pollutions. Les effectifs des espèces sauvages ont décliné de 52% entre 1970 et 2010. Ce ne sont que de sombres exemples d’une réalité accablante. Sur ce facteur environnemental il est bien entendu difficile d’agir de manière immédiate. Toutefois en tant qu’adultes responsables et éveillés que nous sommes, et d’un point de vu éthique ce que nous pouvons faire c’est commencer par prendre conscience de notre participation individuelle à ce phénomène. Les courants alternatifs se développent de plus en plus et il est assez facile désormais de trouver des informations pour diminuer son empreinte écologique. Par exemple fabriquer soi-même ses produits ménagers, ses cosmétiques, réduire ses déchets, réduire sa consommation d’énergie, diminuer les trajets en voiture, acheter plus responsable, etc. En même temps nous pouvons apprendre à diminuer notre exposition aux toxiques de l'environnement. 

Par exemple l’épigénétique répond à des signaux hormonaux reçus par la cellule. Or les perturbateurs endocriniens (que l’on retrouve dans l’alimentation, les emballages, les produits ménagers, les pesticides, etc…) ont ce pouvoir d’interférer avec nos hormones naturelles, ce sont des perturbateurs de nos voies hormonales. Le bisphénol-A a particulièrement été pointé du doigt pour ses effets perturbateurs. Présent par exemple dans les plastiques des biberons, il a été retiré des emballages alimentaires commerciaux en 2011. Malheureusement rien ne montre qu’il a été remplacé par des matières plus sures. Combien de personnes utilisent encore des ustensiles de cuisine en plastique ou avec des revêtements antiadhésifs…

La bonne nouvelle c’est que nous pouvons agir sur bien des facteurs environnementaux. Vous l’avez compris il s’agit des facteurs qui influencent l’environnement dans lequel baignent nos cellules et notre matériel génétique. A commencer par les choix alimentaire, l’exercice physique et la gestion du stress. Nous retrouvons ici les trois techniques majeures employées par la Naturopathie pour maintenir la santé ou retrouver un équilibre, auxquelles il convient d’ajouter une bonne élimination des toxines et des toxiques. Je ne vais pas m’étendre sur ces points tellement essentiels qu’ils pourraient faire chacun l’objet de nombreux articles.

Par ailleurs de nombreux troubles chroniques mineurs peuvent être réglés simplement et naturellement en revisitant ses comportements et habitudes d’hygiène de vie.

Insectes, plantes, animaux, nous sommes tous sujets aux effets de notre environnement.

L’exemple le plus flagrant dans la nature est celui de la détermination des castes chez les abeilles. Au sein d’une même ruche, les abeilles ont un patrimoine génétique similaire, et naissent toutes semblables. Certaines larves sont nourries avec de la gelée royale et deviendront reines. Les autres larves seront des ouvrières. Ce mécanisme reste encore inconnu, mais ce dont nous sommes sûrs c’est que l’alimentation des abeilles en fait des reines ou des ouvrières.

Un autre exemple est la vernalisation chez les plantes. Il leur faut être flexibles pour s’adapter à leur environnement (température, ensoleillement, humidité…), elles ne peuvent ni se déplacer ni se mettre à l’abri. Le froid de l’hiver induit une modification épigénétique, conservée jusqu’aux beaux jours qui permettra à la plante de sortir de son repos et de fleurir.

D’un point de vu scientifique et de manière assez récente l’épigénétique peut influencer l’apparition de certaines maladies comme le cancer, le diabète, l’obésité, la minéralisation osseuse etc… La Naturopathie insiste depuis toujours sur l’importance de notre hygiène de vie et de notre environnement dans le maintient de notre santé à la fois physique et psychique. Le bon sens fait le bon sang.

Le système de santé actuel est en réalité un système de maladie, et son nom prête à confusion. Par la médecine allopathique ce sont des maladies qui sont traitées.

Les médecines holistiques ancestrales que sont la Naturopathie (Occident), la médecine traditionnelle Chinoise et l’Ayurvéda (Inde) se différencient de l’allopathie par le fait que c’est la personne dans sa globalité qui est au centre de la relation thérapeutique. 

L’épigénétique, et le changement de paradigme auquel elle contribue, est tout à fait optimiste et porteuse d’espoir. Elles nous rappellent que l’humain est un être symbiotique, c'est-à-dire en interdépendance constante avec son environnement. Les comportements majoritaires dans la population tendent encore à remettre entièrement leur santé entre les mains de la médecine allopathique, se déresponsabilisant ainsi face au maintient de leur vitalité. Mais nous pouvons remarquer aussi que nous sommes de plus en plus nombreux à comprendre la nécessité de prendre en main notre santé et notre bien-être sur un mode plus responsable et préventif.

Notre corps est la barque qui nous portera jusqu’à l’autre rive de l’océan de la vie. Il faut en prendre soin - Citation de Swami Vivekananda